Erin Shirreff

Midday dilemma

8.06 – 16.07 2022
Midday dilemma

8 juin au 16 juillet, 2022

Bradley Ertaskiran a le plaisir de présenter Midday Dilemma, une exposition solo de photographies et de sculptures d’Erin Shirreff.

Les œuvres présentées dans le cadre de cette exposition sont fondées sur des archives visuelles de l’histoire de l’art occidental du XXe siècle, une source que Shirreff a utilisée de manière directe comme indirecte dans la sculpture, la vidéo et la photographie depuis plusieurs années. Shirreff fait usage de ce matériau — des images d’objets destinées à la contemplation — non pas dans une perspective critique ou d’hommage, mais plutôt pour examiner notre expérience de l’observation et l’expressivité particulière des objets présentés en deux dimensions.

Les quatre œuvres murales de l’exposition sont à la fois collage et assemblage sculptural. Shirreff numérise et agrandit des fragments d’images, provenant d’anthologies artistiques publiées il y a des décennies, qui sont ensuite imprimées sur des feuilles d’aluminium, découpées en formes irrégulières, puis disposées de manière informelle dans des cadres profonds et imposants. L’identité des objets originaux demeure floue. Leur matérialité s’en trouve décuplée — l’éclat du bronze non patiné, les imperfections d’une plaque d’acier, le reflet de la lumière sur le lustre de la résine — et ce, même à travers le voile de points en demi-teinte ou de motifs aux couleurs vives de l’impression offset. Les éléments superposés forment des compositions improbables qui, dans leurs cadres vitrines, semblent étrangement sans époque ni contexte. Midday dilemma (2022), qui partage son nom avec l’exposition, apparaît comme un rappel constructiviste autonome, créé à partir de lignes angulaires, de coins ombragés et de planches jaune moutarde. Dans Old friend (2022), une courbe orange s’allonge suggestivement entre des feuilles d’acier inclinées, alors que dans Standing fawn (2021), une structure complexe de bois, de pierre et de laiton s’entend sur plus de deux mètres.

Ces œuvres sont accompagnées de deux sculptures de bronze appartenant à un corpus sur lequel Shirreff travaille depuis 2019. Toutes intitulées Maquette, elles s’inspirent notamment de la documentation sur la sculpture abstraite Mid-Century et de la curiosité de l’artiste pour la réalisation de maquettes et l’expression de la notion d’échelle. Shirreff utilise du carton mousse et de la colle chaude pour improviser des structures tridimensionnelles basées sur des collages de photos anciennes ou des composites numériques, s’efforçant de les traduire de l’écran à l’espace. Ces modèles faits main sont ensuite coulés en bronze par moulage au sable, un processus par lequel les aspérités, les joints et les marques de son studio sont fidèlement reproduits dans le métal, puis recouverts d’une patine d’un noir profond. Les sculptures de Shirreff semblent se déployer et s’éloigner à chaque point de vue, qu’il s’agisse des plans triangulaires scindés de Maquette (A.P. no. 10) (2019)ou de la silhouette exagérée telle une faucille de Maquette (double curve) (2020). De loin, elles dégagent une austérité sculpturale familière, mais en y regardant de plus près, elles se révèlent délicates, des propositions précaires. Elles se révèlent également être des moules, des fantômes d’un original absent — le moulage et la photographie étant des processus identiques à cet égard. Comme c’est souvent le cas dans son travail, les Maquettes de Shirreff pivotent sur les notions d’inconnaissabilité et d’inachèvement, toutes deux inhérentes aux traductions perpétuelles de l’image en objet et inversement.

Conversation entre Erin Shirreff et Mark Lanctôt: Nous sommes heureux de présenter une conversation entre Erin Shirreff et Mark Lanctôt, commissaire au Musée d’art contemporain de Montréal, dans le cadre de Galeries Weekend Montréal. La conversation aura lieu le samedi 18 juin à 13h et sera suivie d’une discussion autour de rafraîchissements. L’évènement est gratuit et ouvert à tous et à toutes. La conversation se déroulera en anglais.

Pour consulter le profil d’Erin Shirreff, cliquez ici.